Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Plan-de-Baix : des "rectifications" apportées par le maire

Daniel Cotton est revenu en particulier sur les propos du président de la Pensée sauvage.

Un mois après la publication de notre enquête sur le sentiment d'hégémonie ressenti par certains habitants quant aux acquisitions foncières de la Pensée sauvage (Le Crestois du 26 mars 2021), le maire de la commune, Daniel Cotton, a tenu à « corriger » certains passages.

D'abord sur les "wild camp" organisés en 2017 sur le plateau du Vellan par cet établissement qui propose des cures de "detox" très haut de gamme : « Le terrain sur lequel la Pensée sauvage a organisé ce camp n'était pas le sien mais disposait de l'autorisation verbale du propriétaire. Thomas Uhl est effectivement devenu détenteur d'un terrain mais en 2020 après un échange avec un autre propriétaire ». Nous racontions effectivement que l'organisation de camp sur cette zone classée Natura 2000, où un feu interdit avait été allumé, avait beaucoup agacé les Planarudolphiens.

Ensuite, et surtout, Daniel Cotton assure, contrairement aux dires de Thomas Uhl, que « Ce qu'il affirme est faux, c'est bien lui qui démarche les habitants. Au moins trois personnes âgées en particulier ont été sollicitées à plusieurs reprises pour lui vendre leur bien. Elles ne l'ont pas fait. »...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 23 avril 2021

UA-22506836-1