Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

Le retour du Bridge To Hell !

Le festival de métal se tiendra les 9 et 10 septembre à Crest, à l’Espace Soubeyran.

L’année dernière avait vu la toute première édition du festival de metal Bridge to Hell, organisé par l’association crestoise « La Boite en métal ». Une vraie réussite, ainsi que nous vous l’avions rapporté en ces colonnes.

Après une année 2022 bien chargée pour l’association, voici que se profile la deuxième édition de ce festival. Cela valait bien un entretien exclusif avec JC, fondateur et co-président de La Boite en metal.

Le Crestois : Cette année 2022 a été riche en événements pour vous : le HellCrest, le concert de Shaarghot, le concert de la fête médiévale. Comment se sont passés tous ces événements ?

Jean-Claude Cognard : Dans l’ensemble on peut dire que ça s’est relativement bien passé malgré quelques problèmes techniques.

On a eu un certain manque d’affluence pour le Hellcrest (dû à un mauvais choix de date : week end de Pâques), et des soucis de tireuse à bière pour Shaarghot. Tout cela a eu pour conséquence de nous empêcher d’atteindre l’équilibre financier. On apprend ! Par contre, sur le plan du public, on a pu attirer des fans de métal d’horizons variés, dont certains qui venaient de loin (Lille, Lyon , Toulouse, etc.)

On a également pu faire découvrir notre style de musique au public local lors de la Fête médiévale, public qui est resté en nombre pendant le live de Drakwald. Ce n’était pas gagné car ils ont un style relativement brutal !

Qu’avez-vous retiré comme expérience de ces événements ?

Qu’il ne faille plus faire autant d’évènements aussi rapprochés ! C’est très énergivore ! Pour rappel, on est tous bénévoles. Mais cela nous a aussi permis de consolider l’équipe, de nous remettre en question, et de devenir peut-être plus professionnels pour le futur Bridge to Hell.

Sidilarsen
Le groupe Sidilarsen, vendredi 9 septembre

Justement, le Bridge to Hell #2 approche à grands pas ! J’ai vu que le festival était mis à l’honneur dans le son et lumière projeté sur la Tour de Crest. Bravo ! On peut en déduire que les retours sont positifs et que le festival est appelé à durer ?

Oui, j’ai assisté au spectacle des lumières, très sympa, et avec un final avec la musique « Du hast » de Rammstein !! On a tous été très surpris et cela fait vraiment plaisir d’être considérés avec notre modeste année d’existence. J’en profite pour remercier la Mairie pour son soutien. Pour la continuité du festival, j’espère et je souhaite qu’il s’inscrive dans le temps. On est tous très motivés, mais on va déjà faire la deuxième édition pour pouvoir réfléchir à l’avenir.

Car la situation générale de la culture est vraiment incertaine. Nous, on le découvre tout juste, mais on fait déjà le même constat que les professionnels. La prise de risque financière est énorme, et avec des préventes qui sont très basses (dues aux nouvelles habitudes post covid), c’est un coup de poker jusqu’à la dernière minute.

Le format est le même que l’année dernière : deux jours de concerts dans la salle Les Moulinages. C’était une évidence pour vous ou avez-vous envisagé de changer de format ?

Oui c’était une évidence, on avait envie de construire des bases solides sur ce modèle, avant de peut-être proposer une nouvelle formule pour 2023 !

La grande nouveauté cette année, c’est la mise en place d’un camping gratuit pour les festivaliers à côté de la salle. On a eu beaucoup de demande dans ce sens-là l’année dernière. On a donc travaillé avec les collectivités pour y arriver.

Lofofora
Le groupe Lofofora, le 10 septembre

Parlons un peu de l’affiche: cette année encore, il y a du beau monde !

Comme l’année dernière, nous aurons deux têtes d’affiche par soir et deux groupes émergents (voir encadré en bas de page).

Comment se portent les préventes de billets ?

Comme pour l’année dernière, ça se passe sur le site de Hello Asso, avec un tarif réduit. Et sur place nous aurons une billetterie pour les retardataires. Pour l’instant, les ventes ont doublé par rapport à l’année dernière, mais je reste prudent sur les chiffres. On espère faire mieux qu’en 2021, mais comme je le disais précédemment, il faudra attendre le dernier moment pour tirer un bilan.

Venez nombreux, que vous soyez novices ou fans de métal, pour partager cette expérience avec nous !

Propos reccueillis par Olivier Chapelotte

LE PROGRAMME DU BRIDGE TO HELL 2022 :

Bridge Ambiance metal

Vendredi 9 septembre :

• Kamisol-K : hardcore trash de Lyon. Ils vont sortir leur 3e album le jour de leur passage au BTH !

• Mégaquoi ? : Trash métal de Lyon. A la base, Hubert est un Youtubeur spécialisé dans le métal. Depuis quelques années il a formé un groupe qui reprend des titres de « Megadeth ».

• Pogo car crash control : punk métal, région parisienne. C’est le groupe montant du moment, ils ont déjà deux « Hellfest » à leur actif.

• Sidilarsen : métal électro de Toulouse. Une référence française avec déjà 25 années de carrière !

Samedi 10 septembre :

• Solitaris : deathcore de Toulouse. Une jeune formation à découvrir en live.

• Vertex : metalcore prog de Lyon. Avec KIK au chant, qui est également le chanteur de Foss (venu l’année dernière au BTH)

• Loudblast : Trash/death français originaire de Lille. Un des piliers de la scène metal française avec 35 ans de carrière.

• Et pour finir Lofofora, groupe de rock fusion (crossover) métal, un autre vétéran de la scène metal française depuis plus de 30 ans.

Billets en vente sur Hello Asso ou sur place.

Article publié dans Le Crestois du 2 septembre 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.