Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

L’abbé Pierre de retour à Crest

Un film biographique était projeté à Crest en avant-première.

Photo de l'entretien précédant la diffusion en avant-première du film biographique « L’Abbé Pierre, une vie de combats » au cinéma de Crest, pendant une prise de parole du réalisateur Frédéric Tellier, en réponse à une question de Jean-Pierre Point, aux côtés de Benjamin Lavernhe et Hervé Guyader.
De gauche à droite : Hervé Guyader, Jean-Pierre Point, Frédéric Tellier et Benjamin Lavernhe

« Tout ce qui est dans le film est vrai. » C’est cette exigence de vérité que Frédéric Tellier s’est fixée pour la réalisation de L’Abbé Pierre, une vie de combats. Un film diffusé en avant-première dans la grande salle du cinéma L’Eden, à Crest, le samedi 16 septembre. Plus d’un mois et demi avant la sortie nationale, le réalisateur et coscénariste ainsi que Benjamin Lavernhe, qui interprète le rôle-titre, ont présenté avec beaucoup d’humour leur œuvre, qui retrace les nombreuses années de combats du « frère des pauvres », connu à Crest notamment pour avoir séjourné au couvent des Capucins dans les années 1930.

Au-delà de l’aveu de ne pas avoir pu tourner à Crest (les scènes au couvent ont été jouées dans un monastère de la région de Chambéry), cette présentation, animée par Jean-Pierre Point, le directeur du cinéma, a permis de découvrir l’Eurrois Hervé Guyader, chef monteur son et mixeur du film. Ce dernier, sur une invitation de Frédéric Tellier, a bien failli devoir inviter la salle prendre un apéro chez lui, après la séance, pour discuter du film (en effet, il n’a pas suivi les autres à Voiron, pour le moment d’échange au cinéma Le Mail) ! Par ailleurs, Benjamin Lavernhe, sociétaire de la Comédie-Française, en était presque à s’effeuiller pour prouver à la salle « la beauté de son corps », au détour d’une blague cherchant à légitimer le choix d’un acteur d’une taille supérieure de vingt centimètres au personnage central qu’il incarne.

Il a ensuite confié avoir été bouleversé lors de la lecture des journaux intimes de l’abbé et des courriers envoyés à son meilleur ami, François Garbit. Ses expériences de comédien et d’acteur l’ont amené à partager sa réflexion sur « la vérité d’un homme [qui] n’est pas que dans son apparence. Elle est évidemment énormément dans sa prise de parole, dans sa conviction, dans le cœur qu’il y met et dans sa rage, dans sa révolte, dans son hypersensibilité, son hyperémotivité… »

Après cette introduction enjouée, le film a été projeté devant 280 spectateurs et a été longuement applaudi en fin de séance. Il sera rediffusé, à l’Eden, après sa sortie nationale, prévue le 8 novembre prochain.

F. Fournier

Article publié dans Le Crestois du 22 septembre 2023

Haut et bas de page Rubriques CELEBRE copie

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.