Le CLD fête ses 10 ans

Dix ans de réflexion pour le Conseil Local de Développement de la Vallée. Rencontre avec J-L. Bellet, président de cette structure dédiée à la démocratie participative.

Après F. Bouis, B. Farigol et J. Vardel, Jean-Louis Bellet a pris la tête du Conseil Local de Développement en décembre 2013. Cette année 2015 a marqué le dixième anniversaire de la structure, célébré lors d’une réunion plénière qui s’est déroulée à Eurre, il y a quelques jours. L’occasion de revenir sur le parcours d’une structure particulière et d’en expliquer les rouages.

Le Crestois : Qu’est-ce que ce fameux CLD ?

Jean-Louis Bellet : Le Conseil Local de Développement rassemble des habitants de la vallée qui échangent des idées et font émerger des besoins pour alimenter la réflexion des élus, dans le cadre du Contrat de Développement Durable de la Région Rhône-Alpes (CDDRA). Il participe au contrat Région et travaille en commission. Pour ce faire, il a trois missions :
- accompagner les élus
- informer et conseiller les citoyens
- s’auto-saisir sur toute question qui lui semble importante.

Qui en sont les membres ?

JLB : Tous les habitants et travailleurs du territoire sont potentiellement membres du CLD. Il faut bien sûr en faire la demande, il y a une petite procédure à respecter, mais rien de très compliqué. Le bureau est composé de cinq membres, dont un vice-président.

La perception que les gens ont de vous a-t-elle changé, depuis 10 ans ?

Nous sommes partis d’une page blanche, car nous avions très peu d’indications au moment de créer la structure, qui est issue de la volonté de la Région. Tous les CLD de Rhône-Alpes sont d’ailleurs différents et la forme de notre conseil est également loin d’être définitive, à mon avis. Nous ne sommes pas une association, n’avons aucun statut juridique et la région nous a vraiment imposés aux élus... Peu étaient demandeurs d’un tel dispositif... Certains ont évolué, d’autres campent toujours sur leurs positions !
(...)

La suite de cet entretien est à lire dans Le Crestois du 19 juin 2015.

Première « plénière » en 2005 : F. Bouis, à gauche, au côté de V. Schloetter et J. Serret

UA-22506836-1