Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

La région débloque 600M€ pour les entreprises

Le président de la région a présenté un plan de soutien massif aux secteurs d'activité les plus touchés par la crise du coronavirus.

« Il faut être lucide, potentiellement, on peut en arriver à un cataclysme économique ». Laurent Wauquiez, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA), a présenté mardi 24 mars, son "plan de soutien aux entreprises" frappées par la crise du coronavirus et le ralentissement général de l'activité économique. Un plan de soutien à « effet de levier de 600 millions d'euros », qui serait, selon son concepteur, « le plus important de toutes les régions, exceptée l'Île-de-France ». Le principe : « Injecter de l'argent pour sauver les entreprises et les emplois, mettre en place un pont aérien de cash pour sauver la trésorerie des entreprises », précise Laurent Wauquiez.

Le plan se compose de quatre volets (le détail du plan de soutien à consulter ici). Le premier concerne « les partenaires de la région ». Le président de la région a ainsi promis une « accélération des délais de paiement » et un « versement des avances de subvention », à hauteur de 50 millions d'euros. La région suspend également les remboursements de prêts régionaux, en demandant « aux organismes bancaires de suspendre pendant 6 mois l’amortissement des prêts de trésorerie accordés par la région ». Elle suspend aussi les loyers qui lui sont dus par les structures hébergées.

ÉVITER FAILLITES ET LICENCIEMENTS

Deuxième volet du plan : « Une aide d'urgence en trésorerie à nos entreprises ». La région AURA va ainsi participer au "Fonds de solidarité national", dont l'objectif est de « garantir une rémunération d’urgence aux professionnels sinistrés par l’arrêt total de leur activité ». Un fonds doté de 1 milliard d'euros par mois. 400 000 entreprises sont éligibles dans la région : les très petites entreprises (de 1 à 10 salariés), celles dont le chiffre d'affaire est inférieur à 1 million d'euros, celles qui ont fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public entre le 1er et le 31 mars, ou celles qui ont subi en mars 2020 une perte de chiffre d'affaire supérieure à 70% par rapport à 2019.

« 1500 euros par mois seront versés sans condition » à ces entreprises, assure Laurent Wauquiez. Soit « 114 millions d'euros pour l'ensemble de notre région », précise-t-il. « Ça ne sauvera pas une entreprise qui a 10 salariés, mais ça aidera à passer le mois pour les plus petites entreprises, » reconnaît-il.

Le troisième volet du plan se consacre aux problématiques de trésorerie que vont très vite rencontrer des milliers d'entreprises de la région. Ces dernières vont en effet devoir, malgré la forte baisse d'activité (voire même son arrêt complet), payer leurs charges et leurs salaires en attendant que les aides de l'État, si elles y ont droit, leur parviennent. Un "Prêt Auvergne-Rhône-Alpes" pourrait donc libérer 265 millions d'euros en prêts de trésorerie, à destination des entreprises, des indépendants et des micro-entrepreneurs (les entreprises de moins d'un an sans bilan en sont exclues). Le dispositif prévoit des prêts de 20 000 à 50 000 euros, remboursables sur 7 ans, avec un différé de remboursement de 2 ans. La moitié de ces prêts seront à taux 0%, l'autre à 1% maximum, avec les garanties bancaires de la région et de l'État.

Toujours dans ce volet de soutien à la trésorerie, la région prévoit le doublement du dispositif « prêt artisans et commerçants », qui sera désormais ouvert « à tous les artisans et commerçants », promet Laurent Wauquiez. 75 millions d'euros de prêt en trésorerie seront proposés, pour des montants allant de 3 000 à 20 000 euros, remboursables sur 5 ans avec un différé d'un an, avec un taux d'intérêt à 0%.

TOURISME, BTP, CULTURE : LES SECTEURS LES PLUS TOUCHÉS

Quatrième et dernier volet du plan de soutien : des mesures particulières pour les « filières qui en ont le plus besoin », précise le président de la région. Premier secteur touché de plein fouet : le BTP, qui ne devrait pas bénéficier à plein des mesures de chômage partiel mises en place par le gouvernement. La région AURA a donc décidé de suspendre les chantiers la concernant « afin de permettre aux entreprises du bâtiment d’accéder au dispositif de chômage partiel pour protéger leurs salariés et garantir la sécurité de leurs compagnons ». 15 millions d'euros ont été provisionnés à cet effet.

Deuxième secteur : le transport scolaire et urbain, « très lourdement atteint », assure Laurent Wauquiez. La région met en place un fonds d'aide de 20 millions d'euros, qui pourrait concerner 300 entreprises, afin de les aider à payer « leurs charges fixes ».

Autre secteur très touché par la crise, et qui nous concerne particulièrement dans la vallée de la Drôme : le tourisme et l'hébergement. « La situation est catastrophique dans ce secteur », estime Laurent Wauquiez. La région met en place un fonds d'aide de 20 millions d'euros, qui pourrait être prochainement abondé par les départements, comme le leur a demandé le président de la région. Ce fonds de soutien vise « à soulager la trésorerie des entreprises de ce secteur pendant 6 mois ». Il « se substituera au remboursement du capital des emprunts, hors intérêts, dans la limite d’un plafond de 5 000 € par bénéficiaire », précise la région.

Autre secteur actuellement en danger : celui de la culture. La région met en place un fonds de soutien de 15 millions d'euros pour les « troupes de musique, de théâtre et le spectacle vivant », qui ne bénéficient pas des dispositifs de chômage partiel. 15 millions d'euros sont également débloqués pour soulager la trésorerie des entreprises d'événementiel, touchées de plein fouet par la crise. La région a mis en place une ligne téléphonique pour répondre aux demandes des acteurs économiques et les orienter dans ces dispositifs d'aides.

En guise de conclusion, le président de la région a estimé qu'il faudrait « tirer les leçons de cette crise », notamment en « simplifiant » certaines démarches administratives afin de répondre plus rapidement aux urgences. Pour élaborer ce plan de soutien, Laurent Wauquiez a expliqué s'être « affranchi largement des règles administrative et des contraintes de paperasse. Je l'assume, à situation de crise, réponse de crise ».

Martin Chouraqui

Article publié le 24 mars 2020 dans la rubrique Actu

Cet article vous a plu? Alors donnez-nous un coup de pouce! cliquez ici
UA-22506836-1