Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

Le centre aquatique à nouveau au point mort

Un problème d’accord entre la ville de Crest et la SNCF repousse encore le concours d’architectes.

Le centre aquatique vat-il devenir la nouvelle arlésienne de la vallée? On peut se poser la question tant les premières étapes sont difficiles à passer pour les élus de la CCCPS. En août déjà, le concours d'architecte avait dû être annulé en raison de diverses erreurs administratives. Nous voilà six mois plus tard et, visiblement, le projet en est au même point.

C'est lors du dernier conseil intercommunal, le 19 janvier, que les élus ont appris la nouvelle de la bouche du président Gilles Magnon et du premier adjoint crestois Jean-Pierre Point. Alors que des rumeurs couraient depuis quelques jours, le sujet n'était pas à l'ordre du jour du conseil ! Il a fallu que le thème soit inscrit aux questions diverses, généralement traitées rapidement en fin de débat.

Après plus de quatre heures d'attente, la réponse est finalement tombée, non sans que le président ne tente de faire l'impasse, prétextant avoir oublié la question. C'est Denis Benoit, maire d'Aouste, qui s'y collait : « La dernière fois que nous avons évoqué le centre aquatique au sein du conseil c'était en septembre, pour indiquer qu'il fallait relancer la procédure concernant le concours d'appel d'offres. J'aimerais savoir où nous en sommes au 19 janvier, car nous n'en avons pas reparlé depuis. »

Gilles Magnon, embarrassé, tentait d'apporter une réponse : « Le deuxième concours d'architecte a été lancé mais j'ai dû à nouveau l'annuler, ce qui veut dire qu'à l'heure d'aujourd'hui, il n'y a pas de concours. Pourquoi ? Il y a différentes raisons, et des raisons que... que... que la ville de Crest va pouvoir exposer », dit-il en regardant Jean-Pierre Point et en le questionnant du regard tout en terminant sa phrase par « car je n'ai pas tous les éléments »...
(...)

La suite de cet article est à lire dans Le Crestois du 27 janvier 2017

centre aquatique sncf 2
C’est cette portion de la ligne ferroviaire qui crée l’imbroglio entre la ville de Crest et la SNCF

UA-22506836-1